Méditation du jour : les tâches ménagères

Il était un fois dans le passé,

Madame Mère très très inquiète : maiiiis Tâm, comment tu vas faire quand tu seras plus grande pour nettoyer ?

Little Viviane (Tâm) : ben je ne nettoierai pas.

Et oui, voilà qu’une saine préocuppation de sa mère pour l’avenir de sa fille tout allergique qu’elle est et qui ne supporte pas les produits de nettoyage ou encore la poussière. Et oui, la crise d’asthme bof et les plaques d’eczéma sur le corps rebof. Le destin a parlé pour moi : je ne suis pas faite pour nettoyer. Etait-ce pour ma mère un problème parce que je ne pourrais pas remplir mes devoirs de ménagère et que du coup je n’aurais jamais de mari ? Je ne saurais dire. Mes souvenirs avec l’aide de l‘Encyclopédie de la ménagère que ma mère conservait pami ses livres de cuisine, me font plutôt pencher vers cette hypothèse.

En fait, j’ai une chance de malade mais ma mère ne le savait pas encore à l’époque car je n’aime pas nettoyer mais dans un autre sens je n’ai pas du coup accès à toute une série d’emplois précarisés souvent réservés aux femmes. Mon destin est à nouveau tracé : il va falloir que j’étudie et si possible devenir un homme. Et en fin de compte, il faut de toute façon que je nettoie pour que mon environnement soit salubre. Simplement, j’ai un équipement de vietnamo-japonaise pour se faire composé d’un masque anti-poussière et de gants en caoutchouc. Que ma mère se rassure : j’aurai un mari.

(mon) Chat : miaou le nettoyage ce n’est pas fait que pour le propreté et la « marité » grrronron

Moi : Hein quoi le Chat tu te prends pour le chat du rabbin comme dans la BD ? Tu sais, j’ai raté ma vocation. Quand j’avais 17/18 ans, le service d’orientation professionnelle m’avait conseillée de devenir rabbin ou gouteuse de vin. Tu sois quoi Chat, ce n’est pas le cas! Du coup tu ne peux pas être chat de rabbin rodferdum! Un peu d’ordre ici s’il vous plait : chacun à sa place. Le chef ici, c’est moi. Toi tu es le Chat, c’est tout.

Il est fort vrai que je me souviens que l’auteur belge Savistkaya avait écrit un jour que les tâches ménagères étaient le summum de la liberté car nous ne sommes pas obligés de refaire notre lit tous les jours or nous le faisons car nous le voulons. Je suis même tombée sur une analyse des oeuvres de Savistkaya  qui montre que l’auteur trouve de la transcendance et une forme de religiosité dans ces tâches : « J’ai des bonnes chaussures et, quand je rentre de promenade, une paire de pantoufles m’attend sur la deuxième marche de l’escalier. Quel est mon viatique ? Devrais-je amasser mon poids de haricots blancs ? Quelle est ma valeur dans le monde ? »  (Savistkaya, Eugène – Envie, p.45, Paris, Minuit, 1994).

Moi : Mouiiii c’est ça, mais encore?

Par contre, est nettement plus intéressante cette technique de management japonaise appelée les « 5 S » traduit en français par le mot ordre (Ordonner, Ranger, Dépoussiérer, Rendre évident, Etre rigoureux). Ce management permet d’être plus efficace mais aussi d’être plus heureux sur son lieu de travail.

En appliquant les « 5 S » le travailleur atteint plusieurs objectifs :

  • Alléger l’espace de travail de ce qui y est inutile ;
  • Organiser l’espace de travail de façon efficace ;
  • Améliorer l’état de propreté des lieux ;
  • Prévenir l’apparition de la saleté et du désordre ;
  • Encourager les efforts allant dans ce sens

Ah ces japonais, il est aisé d’imaginer des petits japonais en costume, rangeant et nettoyant leur espace de travail, rapidement et sans un bruit.

Je constate que nous ne sommes pas au bout de nos surprises avec ces japonais. Avez-vous déjà entendu parlé du hataki, un balais avec un manche en bambou ? Ce petit objet traditionnel qui sert à déplacer la poussière et d’ainsi rétablir les énergies autour de soi ?

« C’est ainsi que commence la journée de travail. Par la chasse à la poussière. On ouvre la fenêtre et on passe la hataki sur toutes les surfaces de la maison y compris les plinthes, les angles de plafond, le dessus des livres…  Une fois que la poussière se dépose au sol, on balaie après y avoir déposé des feuilles de thé vert de la veille ou des morceaux de papier journal humidifiés. Ces débris ramassent toutes les poussières qui sont au sol. (…) Selon la tradition japonaise, cet objet brasse le ki, le rafraîchit, toutes les mauvaises influences sont chassées. »

Envie de vous faire un hataki et d’enfin équilibrer votre énergie en nettoyant : rien de plus facile en cliquant ici ?

Dans le fond, le Chat a peut-être raison : nettoyer, ce n’est pas juste enlever la saleté de manière fonctionnelle mais dans aucun cas, il ne peut être chat de rabbin!

mon (Chat) : ben non, je suis un chat belge.

Un chat belge mange des chicons.

Un chat belge mange des asperges à la flamande.

Un chat belge boit de la bière et mange des pêches au thon.

Publicités

Un commentaire

  1. bonjour, merci de m’avoir avertie d’avoir utilisé mon blog « ctoosimple » comme référence.
    Je me suis promenée sur ton blog, du coup, et je reviendrais!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s