La liberté d’expression oui, mais encore ?

Suite à cette manifestation du groupe Nation qui devait avoir lieu sur le territoire de Bruxelles-Ville ce dimanche 11 mars 2012, je me suis posée la question de la liberté d’expression.

En effet, sous le couvert de la démocratie, ce groupe défend une identité nationaliste ouvertement xénophobe avec des propositions morales et éthiques assimilées communément à des mouvements conservateurs et rétrogrades, comme l’interdiction de l’avortement ou l’ultrasécurisation de la société. De plus, ce groupe part du postulat du grand complot politique et médiatique. Il s’agit clairement d’une idéologie exclusive, c’est-à-dire, qui exclut ceux qui ne sont pas assez conformes comme par exemple les « étrangers ». Ces derniers doivent quitter le pays ou aller en prison.

D’ailleurs, en lisant leurs propositions sur leur site, vous découvrirez des lignes du genre « Censuré suite au jugement du 7 juin 2006 du tribunal correctionnel de Bruxelles » ou encore « point interdit par le tribunal« . Je suppose que des plaintes ont été déposées et que du coup certaines propositions ne peuvent plus apparaître.

La rumeur sur le net courait que cette manifestation était autorisée par les autorités de la Ville de Bruxelles (le bourgmestre) et puis ces dernières ont démenti l’information. La question est suite à ces événements  : la liberté d’expression et la démocratie peuvent elle justifier et permettre ce genre de manifestation ?

Quels sont les arguments  pour ?

Interdire l’expression d’idées politiques n’est pas démocratique. La démocratie est ce régime politique où le peuple est souverain. Démocratie, venant du grec ancien se découpe δῆμος / dêmos, « peuple » et κράτος / krátos, « pouvoir », « souveraineté ». Dans nos systèmes actuels, c’est la représentativité des élus qui assure cette souveraineté, à savoir la capacité et la possibilité du peuple à se gouverner lui-même. Par le suffrage universel, il choisit celui qui portera ses revendications. Nous voyons le glissement sémantique du mot démocratie dans ce cas, où la démocratie comprend aussi la liberté d’exprimer ses opinions politiques,  et donc de manifester. La démocratie désigne ainsi non plus un régime politique mais une forme de société qui a pour valeur la liberté et l’égalité.

– Interdire le rassemblement et l’expression d’idées politiques sous forme de manifestation encouragera leurs expressions sous d’autres formes et dans d’autre lieux. Ce qui peut être encore plus dangereux. Les personnes concernées seront fachées et du coup plus extrêmistes, voire violentes ou encore développeraient des actions clandestines.  L’interdiction est en elle-même une violence et ne peut provoquer que de la violence au sein du groupe porteur des revendications jugées comme inadaptées.

Quels sont les arguments contre ?

– Nous constatons ainsi que sous couvert de la démocratie, le groupe Nation revendique un régime politique et une société anti-démocratique. Certains citoyens seront dégradés car « étrangers » et n’ayant pas accès au mêmes droits politiques que les francophones.

La démocratie est dans notre pays considéré comme le régime politique qui doit rester en ligne de mire de l’action politique de tout un chacun et par conséquent, vu qu’elle serait menacée, elle ne devrait pas autoriser ce qui la met en péril. Du coup, la démocratie deviendrait anti-démocratique car ne respecterait pas la liberté d’expression.

– D’ailleurs, pour éviter cette mise en danger de la démocratie, des lois ont été adoptées permettant d’interdire des rassemblements qui troublerait l’ordre public ou si les mots d’ordre sont contraires à la loi. Dans ce cas-ci, il est clair que de nombreuses revendications ont été jugées comme telles. De plus, ces lois qui restreignent la liberté d’expression sont acceptées par les Nations Unies si la liberté dans les cas où les propos incitent à la haine raciale, nationale ou religieuse et relevant de l’appel au meurtre.

Pour conclure, nous voyons donc que le point d’achoppement ne se trouve pas au niveau juridique mais principiel (par principe, tout un chacun est libre d’exprimer ses opinions politiques). La liberté d’expression est formulée dans la Déclaration universelle des droits de l’homme : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. » .

Et selon wikipédia, Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966, adopté par l’Assemblée générale des Nations unies précise que la liberté d’expression comprend « la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce sans considération de frontière » (article 4.).

Par conséquent, nous voyons que la liberté d’expression a été respectée dans ce cas ci puisque les représentants du groupe Nation ne sont pas inquiétés pour l’expression de leurs idées. Ils ont un site internet, ils ce rassemblement sûrement en réunion, sans encourir de peine de prison ou autre châtiment. Ce qui n’est pas le cas dans tous les pays du globe. S’il y a un souci, c’est au niveau du droit de manifester et de la forme d’expression qu’est la manifestation. Et ce dernier est régulé par la loi. A mon sens, la Belgique et les autorités ayant interdit cette manifestation n’ont pas été anti-démocratiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s