STOP aux amalgames entre défense des cultures, lutte contre le racisme et les discriminations

Cela fait maintenant un certain temps que je suis perplexe devant l’article de la Libre Belgique qui reprend une interview de E. Delruelle titrée : « Delruelle : la lutte contre le racisme s’égare« . Autant il est sûr pour moi au vu des différents faits divers que les violences et les discours racistes sont présents, voire banalisés, ce que je n’avais pas perçu il y a 15 ans dans nos contrées. Pour moi, il y a bel et bien une évolution du racisme, au sens où il existe une « droite décomplexée », tout comme il existe un « racisme décomplexé ».

Simplement, en se lançant dans l’interview, je me rends compte que ce n’est pas de cela qu’il s’agit mais bien de la lutte contre le racisme stricto sensu, c’est à dire à partir de quelles justifications morales, conceptuelles, éthiques ou juridiques, le racisme est combattu. “Les questions d’appartenance, de culture et de civilisation sont en train de piéger le combat antiraciste (…) En un mot, je dirais que le racisme s’est culturalisé. Il n’est aujourd’hui presque plus une affaire de couleur de peau, de catégorisation physique ou raciale des gens, mais il s’indexe sur l’appartenance à des identités, à des cultures ou à des civilisations – je mets des guillemets à tous ces mots. La question du racisme est aujourd’hui surdéterminée par ces questions-là, ce qui met l’action antiraciste en porte-à-faux. On demande aux acteurs de l’antiracisme de se positionner sur des questions d’interculturalité.

Effectivement, cet homme a raison littéralement puisque le racisme  est une idéologie qui positionne certaines races comme supérieures à d’autres. La défense des cultures n’a pas grand chose à voir avec la lutte contre la hiérarchisation des races : des races peuvent comprendre plusieurs cultures et celles-ci peuvent de surcroît être racistes. Comme la cause féministe ne peut pas être la défense d’une culture ou d’une religion car au sein de chacune il y a toujours un cas d’inégalité qui peut être rendu invisible par les discours majoritaires d’égalité homme/femme.  En Europe, il est communément considéré que la femme est l’égale de l’homme par rapport aux droits  mais la réalité est parfois toute autre. Il y a  effectivement comme le dit E. Delruelle, une lutte qui relève plus du cas individuel que de la défense d’un groupe et d’une culture. Bref, défendre une culture, ne veut pas dire lutter contre le racisme.

Il continue d’ailleurs « si on accorde des droits aux minorités culturelles, il y aura moins de racisme. C’est une illusion. Le principal problème de la société belge aujourd’hui, ce n’est pas l’opposition majorité/minorité culturelle : je persiste à penser que les questions sociales restent déterminantes. Les problèmes dits culturels sont le révélateur d’autre chose. »  Donner plus de place à une identité culturelle ne suffira pas à combattre le racisme, mais bien les discriminations et les injustices. Le centre dont E. Delruelle est directeur adjoint s’appelle tout de même « Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme ». Or l’égalité des chances est tout de même la lutte contre les discriminations faites à partir de critères d’appartenance religieuse, de « race », d’engagement politique, de genre etc. L’ambiguité se trouve ainsi déjà dans l’intitulé même du centre. Lutter contre le racisme, ne veut pas dire lutter contre toutes les discriminations. Alors, suivons notre raisonnement, lutter contre les discriminations revient-il à défendre une culture ? En reprenant la logique précédente, la réponse est non car une culture peut être discriminatoire. Nous arrivons à la conclusion que lutter contre les discriminations n’a rien à voir avec la défense d’une culture. Or cette dernière devient de plus en plus prenante. De quoi s’agit-il alors ?

La culture recouvre actuellement l’identité collective et individuelle. La défense de la culture revient à permettre l’expression de ces deux identités dans l’espace privé et public. Permettre l’expression d’une culture ne garantit pas que, par exemple, en son sein aucune discrimination ne sera faite mais empêcher son expression peut être perçue comme discriminante. La défense de la culture relève ainsi plus de la liberté d’expression que de la lutte contre la discrimination. Or la liberté d’expression est régulée par la loi qui interdit des messages violents, discriminants ou incitant à la haine afin de conserver une bonne entente entre les personnes et les groupes, et de préserver ainsi la paix et le régime démocratique. Les enjeux interculturels concernent le lien social,  au même titre que le lien entre les personnes de différentes générations, ou les personnes de différents quartiers etc.

« Humm » vous me direz, « Viviane, c’est du chipotage sémantique et conceptuel qui complique plus qu’il ne facilite, et qui encore plus n’apporte rien« . Et je vous répondrai que si nous sommes vigilants à l’égalité et à la justice, c’est tout sauf du chipot : je ne défends pas une culture qui prône les discriminations (justice) et je lutte contre toute sorte de discrimination (égalité). Pas question de faire passer l’une avant l’autre en défendant à tout crin une culture  justifiant des discriminations (injustice et inégalité) sous le couvert de la liberté d’expression. C’est bien au cas par cas qu’il faut travailler en mesurant les conséquences et les contraintes réelles, en dehors des principes et des théories. La question du voile en est le parfait exemple, des femmes mourraient dans certains pays pour pouvoir l’enlever, et d’autres réclament la possibilité de le porter sans conséquence sur leur vie sociale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s