meditations

Facebook nous a-t-il changé ?

Juste avant de partir visiter la côte du nord de la France, j’avais lu un article sur le Monde en ligne (11 août) qui mettait en évidence le fait que facebook (FB) n’avait pas changé les relations humaines. En effet, même si ce réseau social permet de ne parler principalement que de soi sans braquer personne, les codes sociaux  n’ont pas changé pour autant  : il est toujours d’aussi mauvais ton de ne parler que de soi ou encore d’exprimer des opinions de manière agressive comme cela peut être le cas sur FB (pas de modérateur) dans une réelle conversation.

Alors qu’a changé FB ? 

Beaucoup d’études ont déjà traité la problématique et vont dans tous les sens. Certaines diront que ce réseau social encourage les relations sociales voire les engagements politiques et d’autres affirmeront que les relations entretenues sont superficielles et virtuelles par rapport à de véritable amitiés qui ne peuvent d’ailleurs pas par nature être nombreuses. Or est virtuel, ce qui n’a pas d’effet dans la réalité. Nous voyons que FB n’est pas virtuel puisqu’il peut encourager des rencontres ou des disputes. Les relations sont superficielles sur FB si nous considérons que le terme ‘ami FB’ correspond à l’amitié définie comme une inclinaison profonde qui sort du cadre familial. Celle-ci serait dérivée de la philantropia grecque, ciment du vivre-ensemble humain, traduit étymologiquement par l’amour (philia) de l’être humain (anthropos). Il est assez clair que les relations nouées au sein de ce réseau social peuvent se baser sur la philanthropia mais n’est pas une condition sine qua non pour entrer en contact avec les amis FB. Il s’agit plus d’un énorme carnet d’adresses permettant un contact direct avec des personnes. Ce qui facilite des relations sociales de tout type : chat, jeu, échange et partage d’information, organisation d’événements et/ou de rencontres etc. , ce y compris les perversions liées aux relations sociales non immédiates (impliquant une interface entre deux personnes). Ce qui veut dire que ces dernières n’ont pas attendu FB pour se développer : l’écriture, les sites de rencontre, le mail  aux autres moyens de communication sont déjà des portes ouvertes à ces abus. Ce qui a changé c’est que FB rend le tout beaucoup plus visible et rapide.

Ce qu’a changé FB :

– Les informations circulant très vite, FB transforme de manière indirecte les métiers de l’information forçant par exemple  les journalistes à travailler le plus vite possible pour pouvoir être mieux relayé et ainsi remplir les objectifs de rentalibilité de leur journal/chaîne de radio ou de télévision.

– FB dessine les nouvelles frontières de l’intimité, phénomène qui avait déjà été entamé par la téléréalité comme le note Serge Tisseron avec son concept d’extimité, à savoir le mouvement qui pousse à exprimer une partie de notre vie intime. Cette expression est une manière de se réappropier son moi en dialogant avec les autres. Cette externalisation du soi n’est pas nouvelle en soi puisque écrire une autobiographie ou encore peindre un portrait remplissent la même fonction. FB a juste rajouté une forme d’externalité de l’intimité à celles qui existaient déjà. Cette externalisation est couplée à la question de la protection des données privées auxquelles FB a accès.

– Dans la continuité du paragraphe précédent, FB est une manière de se mettre en scène , de mettre en place une nouvelle scène de jeu des identités ou encore de scénariser sa vie. FB facilite  le storytelling ou encore la narrativité de P. Ricoeur. Cela pourrait être une bonne nouvelle si par exemple cette capacité de se raconter permet de s’émanciper des discours collectifs et majoritaires, de développer la liberté et l’émancipation individuelles.  Nous serions tous invités à réfléchir sur nous mêmes, sur l’image que nous aimerions donné et celle que nous donnons effectivement. FB consiste en une nouvelle plate-forme de créativité accessible qui développe les compétences liées  à la construction individuelle. D’où le débat sur le narcissisme (FB rend-il narcissique?). Ceux qui aiment se regarder auront peut-être plus de facilité à se mettre en scène sur FB mais quant à dire que FB rend narcissique, c’est un peu poser la question de la poule et de l’oeuf. Qui de la poule ou de l’oeuf a précédé l’autre ? FB rend-il narcissique ou faut-il être narcissique pour être sur FB ? Si cette question n’a pas pu être résolue à travers les siècles, c’est probablement parce qu’il n’y a pas de réponse tranchée possible à ces questions.

– L’externalisation de notre intimité permet de raconter notre histoire et de la rendre lisible pour tous. Notre identité personnelle est ainsi objectivée. Facebook contribue également à objectiver nos relations sociales car il rend explicite et visible une partie de la nature et de la qualité des relations que nous entretenons avec notre réseau (voir réflexions sociologiques sur l’utilisation de FB). Le mariage ou encore l’adhésion à des clubs remplissent la même fonction.

– Si notre rapport à nous-même est transformé, notre rapport aux autres surtout s’ils sont sur FB en est aussi affecté. Nous serons plus facilement en contact avec des personnes qui rejoindront un groupe d’intérêt  pour défendre la même cause. Ces groupes iront peut-être dans les rues, peut-être pas, cependant plus éphémères et volatiles que les mouvements de revendications sociales du début du 19ième siècle fonctionnant autour de revendications basées sur des expériences communes, de grands rassemblements et d’adhésion à des personnalités charismatiques. FB transforme le sens du collectif, fractionne les communautés selon des intérêts plus précis et du coup la mobilisation se fait moins massive mais potentillement plus fréquente et plus étendue sur le globe. Celui-ci donne l’impression d’être ensemble alors qu’en réalité nous restons isolés à cause des spécificités même liées aux collectivités constituées à partir d’une interface informatique (volatilité). De plus,  les individualités se trouvent en relation avec les autres à travers une plate forme de personnes qui possèdent un ordinateur et une connection, c’est-à-dire une toute petite minorité d’êtres humains sur la terre.  Or FB donne l’impression que la réalité est à portée de main de tous et que tous y sont.

Evidemment, au vu de son succès, le monde de la finance et du commerce ne pouvait pas louper le coche et a investi cet espace où grouillent autant d’individualités, de collectivités et d’expressions de centres d’intérêts. Les créateurs de FB s’en sont mis plein les poches même si leur entrée en bourse n’a pas été un succès car en réalité Facebook est juste un média qui facilite la constitution de réseaux sociaux. Etymologiquement, média veut dire moyen et par conséquent devient ce qu’on en fait selon les objectifs qu’on se donne. FB nous changera en conséquence.

 

Publicités

0 comments on “Facebook nous a-t-il changé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :