Une journée oppressante dans la vie d’une femme belge métissée et engagée

Je sens aux légères palpitations et à mon estomac qui se noue que ce 14 octobre 2014 a été pour moi une journée particulièrement oppressante. Je suis belge. Je suis issue d’une famille qui a fui la guerre du Vietnam. Je ne suis pas sure que je serais née ou que mes oncles seraient restés en Belgique si mon père avait rencontré ma mère en 2014. Et pourtant je crois au changement et je milite pour une société plus juste et équitable. J’ai mal.

Aujourd’hui le nouveau premier ministre Charles Michel (MR) a présenté sa déclaration gouvernementale et cela malgré les débats récents sur plusieurs membres de son gouvernement.

Jan Jambon (N-VA), vice-premier de ce nouveau gouvernement fédéral en charge de la politique intérieure, est fortement suspecté d’avoir une tolérance hors norme par rapport à ceux qui ont collaboré au régime nazi de la seconde guerre mondiale. En effet dans une interview publiée le 13 octobre, l’intéressé déclarait que « Les Flamands qui ont collaboré avec les nazis pendant la Seconde guerre mondiale ‘avaient leurs raisons’.  De plus, sa prise de parole en 2001 à une réunion organisée par le Saint-Maartensfonds, une association rassemblant des anciens volontaires flamands partis se battre sur le front de l’Est avec les troupes allemandes, est ressortie des archives. Or de nouveau l’intéressé a minimisé cette participation en parlant de « faits divers« .

Theo Vranken (NV-A) quant à lui, secrétaire d’Etat à l’Asile à la Migration, a participé au nonantième anniversaire de Bob Maes, ancien sénateur de la Volksunie et fondateur du VMO, « une milice d’extrême-droite flamande créée après la Seconde Guerre Mondiale. Ancien collaborateur, il avait été privé de ses droits civiques au sortir de la guerre. »

Moins médiatisée pour le moment, la ministre de l’énergie Marie-Christine Marghem (MR) n’hésite pas à montrer son soutien à l’asbl Action pour la Famille qui participe aux Marches pour la Vie, tout en étant proche des lobbys pétroliers et nucléaires qui comme nous le savons rapportent d’abord gros avant d’être éthiques en environnementaux.

Ce gouvernement composé de quatre femmes sur dix-huit et qui se dit de centre droite a déjà supprimé le comité d’égalité des chances entre les femmes et les hommes au sénat. Vous avouerez que ces petits détails donnent un petit air moyenâgeux à l’ensemble.

Ah oui! N’oublions pas cette idée brillante de faire travailler gratuitement les chômeurs longue durée et les bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (RIS) c’est juste top pour tous ceux qui ne veulent pas payer les travailleurs à leur juste valeur. En effet, si ces personnes doivent travailler, ce n’est pas qu’il n’y a pas de travail.

Et j’en passe des vertes et des pas mures – belle expression pour une écologiste.

Et puis savez vous que suite au changement de gouvernement à la région bruxelloise, que le projet des maisons de l’énergie est questionné ? Vous savez cet endroit où je travaille pour réduire les consommations d’énergie des particuliers ? Parce que ce bâti bruxellois qui a des performances énergétiques proches de celui de la Grêce (le climat en moins) est une vraie passoire et crée des situations de précarité importante à cause des factures trop élevées. Ce job où je suis tellement payée que mon loyer et mes charges énergie représentent plus de la moitié de mon salaire. Mais je ne dois pas me plaindre, c’est un petit loyer pour Bruxelles.

Et ce n’est pas que je n’ai pas fait des études utiles et que je ne parle pas plusieurs langues ou que je n’ai pas travaillé pendant 15 ans. Un diplôme de l’ICHEC cela fait toujours bien sur un CV à côté d’un autre en philosophie de la communication ou d’une spécialisation en sciences politiques sur les droits de l’homme. Vous savez ces études que j’ai aussi partiellement financé en travaillant la journée tout en suivant les cours le soir.

Mon mandat au CPAS coupe mes journées en deux et du coup les allongent aussi. En effet, j’y suis tous les jours sauf le mardi. Et ma rénumération se fait sous forme de jetons de présence non comptabilisés pour ma pension et je n’en garde que 20% (après impôt et rétrocessions).

Si vous comptez bien, j’ai deux boulots. Et quels boulots : je suis tous les jours confrontée concrètement à  des « cas sociaux », comme certains le disent de manière péjorative.

Je relativise.

Bref j’ai une vie riche de sens, de fiertés et d’engagements. Juste que là, c’est un peu trop. Des ministres ou secrétaires d’état fascistes, ce n’est pas possible. Le monde n’a pas du tout changé dans le sens de mes espoirs et de mes actions. Je vois une société qui passe plus de temps à protéger ses acquis et qui a une nostalgie d’une puissance passée. Je vois un véritable retour en arrière et beaucoup d’égoïsmes.  Je vois nos libertés limitées et les droits humains bafoués. Je vois de la violence, beaucoup de violences. Ils se sont plantés ces philosophes qui croyaient que le contrat social régulait la violence mais je parlerais plus de formalisation ou d’institutionnalisation de la violence.

Allez, demain est un autre jour. C’est vrai. Demain est un autre jour. Et c’est bien la seule chose qui implique que changement il y aura. Et dans un meilleur sens, ce n’est pas possible autrement.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s