Prolongation Exceptionnelle Expo Ukiyo-e au Cinquantenaire (Bruxelles) : Courez, Volez, Sautez … admirer les estampes japonaises

Prolongation exceptionnelle de l’exposition Ukiyo-e (estampes japonaises) les weekends du 18 & 19/02, 25 & 26/02 et 4 & 5/03. De plus, le jeudi 9 février, le Musée du Cinquantenaire sera ouvert jusque 22 heures. Si vous n’avez pas encore été admiré les pièces de cette collection d’estampes, courez, volez, sautez, prenez votre hélicoptère personnel etc. car elle en vaut vraiment la peine.

Les estampes sont le résultat d’impressions sur papier de gravure(s) sur bois. Les japonais choisissent un bois souple, comme par exemple le cerisier, sur lequel ils gravent soigneusement au couteau le motif. L’encre est étalé sur la plaque et ensuite, par pression, le dessin se transfère sur la feuille. Les premières estampes japonaises du début du 18ième siècle étaient en noir et blanc. Les couleurs sont arrivées plus tard parfois vives, parfois plus automnales selon les modes et les artistes. Celles-ci sont soit appliquées par impression de gravures soit, après coup sur la feuille elle-même avec l’aide d’un pinceau. Imaginez une estampe avec 30 couleurs imprimées et ses 30 tablettes de bois, une par motif de couleur.

Un travail qui requière beaucoup de précision, de patience et une maîtrise sans faille. En effet, le bleu du ciel qui dépasse  dans les contours des nuages, cela ne le fait pas. Rien que cette technicité en vaut le détour. Sans compter sur l’ineffable poésie qui en découle, et même parfois les pointes d’humour qui ressortent des portraits d’acteurs de théâtre. Certains seront sensibles aux représentations de Geisha que moi par contre je trouve fort répétitives dans l’ensemble.

Ce n’était pas la première fois que je voyais une partie de cette collection prestigieuse, mes parents m’ayant emmenée la voir lors d’Europalia Japon.

Déjà enfant, j’en avais un souvenir prenant. Alors en tant qu’adulte, je ne vous dit pas. Ces images du monde flottant (Ukiyo-e), du monde sur terre sont un véritable coup de coeur. Vous y trouverez aussi, comme l’annonce le Musée du Cinquantenaire, des estampes « de la fin du XIXe siècle témoignant de l’ouverture du Japon vers le monde extérieur et de la modernisation (…) D’autres thèmes plus spécifiques seront également présentés dans l’exposition, comme par exemple les luxueuses éditions privées (surimono), les estampes érotiques (shunga), la production raffinée d’Osaka (kamigata-e) ainsi que les nouvelles estampes du début du XXe siècle (shin-hanga). »

Toutes ces estampes ont été récemment digitalisées et font l’objet de mesures de conservation. Ce qui veut dire qu’elle ne sont pas soumises à la lumière : votre visite se fera en partie dans la pénombre et seules les photos sans flash sont autorisées. De toute façon, avec les vitres protégeant les oeuvres, il est très difficile de faire des photos convenables à cause de reflets. Acheter plutôt le catalogue, ce que je n’ai pas manqué de faire.

Voici malgré tout quelques tentatives que j’ai faites, juste pour vous donner envie d’aller sur place :

? Musée du Cinquantenaire, Parc du Cinquantenaire 10 à 1000 Bruxelles (arrêt STIB Mérode)

Quand ? L’exposition peut être visitée tous les jours jusqu’au 12 février (sauf les lundis) de 10h à 17 et le weekend jusqu’à 18h. Nocturne le 9 février jusqu’à 22h et les tickets d’entrée doivent être achetés au plus tard une heure avant la fermeture. Pour éviter la file, acheter les en ligne.

La prolongation concerne trois weekends : 18 & 19/02, 25 & 26/02 et 4 & 5/03.

Combien ? 15euros. Possibilité de réduction à 12euros ou gratuit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s