La gare d’Hercule Poirot (Anvers)

(crédit photos Lia in Brussels)

Anvers, c’est pour nous une destination shopping privilégiée car elle abrite un Uniqlo. Vous savez ce magasin japonais qui comme Muji participe à cet idéal démocratique de proposer des pièces simples,  à la mode, parfois même techniques, de qualité correcte et pas chères. Personnellement, je n’y ai jamais rien acheté car pour moi les coupes sont trop approximatives mais, il n’y a rien à faire, le tout me fait rêver.

Le clou du spectacle dans cette ville est mon arrivée à la gare, la gare d’Hercule Poirot, le héros belge moustachu de l’anglaise Agatha Christie. Un univers qui sent bon la brilliantine, le tweed de laine un peu rêche et la mécanique des premières locomotives. Et surtout avec son inimitable interprète qu’était David Suchet.

J’ai en tout cas dans ma mémoire visuelle des images très précises de sa petite moustache se baladant dans la gare d’Anvers.

Vous pas ?

(crédit photos Lia in Brussels)

La gare d’Anvers est considérée comme une des gares les plus belles au monde selon le magazine américain Newsweek après celles de Saint-Pancras (Londres),  le Grand Central Terminal (New York) et, le Chhatrapati Shivaji Terminus (Bombay). Et Mashable, un autre magazine américain, en a même fait la plus belle gare du monde. Cette bâtisse construite entre 1899 et 1905 n’en finit pas d’impressionner les voyageurs par son style éclectique.

Elle se compose de plusieurs niveaux recouverts d’un toit en fer et verre, à l’époque révolutionnaire, conçu par  Clément van Bogaert. Il repose sur une structure en pierre de Delacenserie comprenant des colonnes de style divers (Dorique, Toscane, Ionique et Corinthienne). Ce toit est à 43 mètres de haut, la hauteur nécessaire pour que la fumée des locomotives ne stagne pas et n’étouffe les passagers. Ce qui aurait été assez embêtant.

Son ampleur, sa taille et sa magnificience (en anglais, fait d’être magnifique) font que certains l’appellent la « seconde cathédrale d’Anvers ».

Et moi, je me sens propulsée à une autre époque, celle où les cliquetis de trains étaient synonymes d’aventures. Comme un ronronnement où bout duquel un nouveau monde s’offre aux voyageurs. A écouter absolument. Pour rêver.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s